Les partenaires

Bailleur

Le projet AquaCAM est soutenu MEAE via le Fond de solidarité pour les projets innovants (FSPI)

Pour le financement d’interventions bilatérales, au titre de l’aide publique au développement, le MEAE dispose d’un instrument : le Fonds de solidarité pour les projets innovants, les sociétés civiles, la francophonie et le développement humain (FSPI). Il fonctionne sous la forme d’aides aux projets dans un spectre thématique et géographique large. Le FSPI soutient des initiatives dans les domaines de la gouvernance démocratique, de la culture, du français, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il intervient désormais dans une zone resserrée, comprenant jusqu’à près de soixante pays. Il contribue également, via un dispositif spécifique, au renforcement des sociétés civiles du Sud.

Coordonateur

L’IRD est un établissement public français placé sous la double tutelle des ministères de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et de l’Europe et des Affaires étrangères. Il porte une démarche originale de recherche, d’expertise, de formation et de partage des savoirs au bénéfice des territoires et pays qui font de la science et de l’innovation un des premiers leviers de leur développement.UMR 226 ISEM http://www.isem.univ-montp2.fr/fr/

Partenaires

La pêche et l’aquaculture au Cambodge constitue à la fois une partie intégrante des moyens de subsistance ruraux et un contributeur majeur à l’économie nationale et à la sécurité alimentaire. Le poisson fournit plus de 75% de l’apport total en protéines animales dans l’alimentation des populations et fournit près de 1,5 million d’emplois à plein temps et implique au moins 6 millions de personnes dans les activités de pêche et d’aquaculture. Le but de ce secteur est de maximiser est de contribuer à la réalisation des objectifs de développement national, en particulier ceux liés à l’amélioration des moyens de subsistance ruraux des pauvres, au renforcement de la sécurité alimentaire, au développement durable et à l’utilisation équitable des ressources halieutiques.

L’unité de recherche «Génie alimentaire et nutrition» de la Faculté de Génie chimique et Alimentaire de l’Institut de Technologie du Cambodge (ITC) est impliquée dans le projet Aquacam. L’ITC est un établissement supérieur public cambodgien fondé en 1964. Il fournit des formations à niveau technicien, ingénieur et Master dans 7 départements : génie chimique et alimentaire, génie civil, génie électrique et énergétique, génie géo ressources et géotechnique, génie informatique et communication, génie industriel et mécanique, et génie rural.

Le Cirad est l’organisme français de recherche agronomique et de coopération internationale pour le développement durable des régions tropicales et méditerranéennes. Ses activités relèvent des sciences du vivant, des sciences sociales et des sciences de l’ingénieur appliquées à l’agriculture, à l’alimentation, à l’environnement et à la gestion des territoires. Il travaille autour de grandes thématiques telles que la sécurité alimentaire, le changement climatique, la gestion des ressources naturelles, la réduction des inégalités et la lutte contre la pauvreté. UMR 116 ISEM – http://www.isem.univ-montp2.fr/fr/

L’Université royale d’agriculture du Cambodge est une université publique située à Phnom Penh proposant différents programmes portant sur l’agriculture, la foresterie, la science animale et les pêcheries. Deux équipes de recherche sont engagés dans le projet AquaCAM, la facultés des pêches et de l’aquaculture et la Jeune équipe associé à l’IRD (JEAI-ECOLAND) http://www.rua.edu.kh/index.php/view_divicens/110209960/164256924384.

L’Université de Montpellier propose une offre de formation pluridisciplinaire, des sciences de l’ingénieur à la biologie et de la chimie à la science politique, l’agro-environnement, les sciences de l’entreprise, le droit ou encore l’économie. En partenariat étroit avec les acteurs de l’emploi, l’UM vous accompagne tout au long de la vie et vous aide à construire votre projet universitaire et professionnel. Dans un monde où les champs d’applications du savoir sont en perpétuelle évolution, étudier à l’UM, c’est l’opportunité de se former aux métiers de demain. Le SFC-UM est impliqué dans le volet formation du projet, il bénéficie d’une expérience de plus de 35 ans dans la formation professionnelle en aquaculture, en aquariologie, en halieutique et en valorisation environnementale. https://sfc.edu.umontpellier.fr/formations/aquaculture/

Créée en 1996, l’APDRA Pisciculture Paysanne est une association de solidarité internationale à but non lucratif qui appuie le développement de la pisciculture paysanne des pays du Sud et sensibilise les acteurs du Nord aux enjeux que représente cette activité dans le développement de l’agriculture familiale.

L’APDRA s’engage au service d’une pisciculture familiale rentable et durable pour :

  • Renforcer la sécurité alimentaire.
  • Augmenter et diversifier les ressources des exploitations familiales.
  • Appuyer les organisations professionnelles représentatives du monde rural.
  • Défendre et faire reconnaître la pisciculture paysanne.

Forte de plus vingt ans d’expérience dans l’appui à la pisciculture en milieu tropical humide, l’APDRA a déjà contribué à l’installation de plusieurs milliers de pisciculteurs et rizi-pisciculteurs au travers de projets de développement agricole menés au Bénin, au Cameroun, en Centrafrique, en Côte d’Ivoire, en Guinée, au Libéria, à Madagascar, en République du Congo et en République Démocratique du Congo. Elle compte ainsi à son actif la mise en œuvre d’une vingtaine de projets de développement pluriannuel ainsi que la réalisation d’un certain nombre d’études (études de faisabilité, évaluations de potentiel piscicole, études d’impact, etc.) dans plus de quinze pays d’Afrique sub-saharienne.

L’APDRA intervient en collaboration étroite avec les administrations nationales (Ministère des Pêches et de l’Aquaculture) et les services déconcentrés pour accompagner la construction des politiques sectorielles nationales.

Ses principaux partenaires techniques et financiers sont l’Union Européenne (UE), l’Agence Française de Développement (AFD), l’Agence de Coopération Internationale Allemande pour le Développement (GIZ), le ministère chargé des Affaires Etrangères français, le Fonds International de Développement Agricole (FIDA), plusieurs Conseils Régionaux et Départementaux français ainsi que de nombreuses fondations et associations.

L’APDRA regroupe des techniciens (assistants techniques, pisciculteurs, experts) qui appuient un développement de la pisciculture à grande échelle où les acteurs principaux sont les paysans. Son souci est donc, d’une part, de promouvoir et d’aider à la diffusion de formes de pisciculture répondant aux attentes de sociétés paysannes et, d’autre part, d’encourager la constitution d’organisations de producteurs en mesure de pérenniser et d’améliorer le développement de la pisciculture en partenariat avec les autres acteurs du développement. L’APDRA agit au quotidien en respectant trois grands principes d’intervention :

  • Placer les pisciculteurs, leurs activités et leur famille au cœur de la démarche en tenant compte des contextes locaux ;
  • Valoriser et créer les savoir-faire et les échanges de pratiques au sein de réseaux de proximité ;
  • Stimuler et accompagner toutes les formes d’innovation sans a priori technologique ou culturel dans une démarche de co-construction et de validation scientifique.