Comité d’Orientation Scientifique et Stratégique (COS) de l’IRD à Phnom Penh

L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), établissement public de recherche français, soutient un modèle original de partenariat scientifique équitable et de science interdisciplinaire, citoyenne et durable, engagé dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable.

Ces aspects ont été au centre des discussions le 7 et le 8 décembre 2021 dans les différentes disciplines et activités de recherche où l’IRD est impliqué au Cambodge.

A l’occasion de ces journées, un atelier « Vers un réseau de recherche pour la durabilité de l’aquaculture au Cambodge » a été organisé le 7 décembre des locaux de l’Institut Technique du Cambodge (ITC). 

Cette demi-journée d’échange était placée sous l’égide du groupe international de recherche GDRI ASACHA, (https://asacha-gdri.com).

Le GDRI-Sud « ASACHA » structure un réseau de  25 institutions de 7 Pays du Sud vise à faciliter la transition agro-écologique des aquacultures tropicales, en favorisant la coopération Nord-Sud-Sud par le biais  activités scientifiques partagées. L’objectif de ce GDRI-Sud est donc de mieux intégrer les connaissances et compétences acquises par les scientifiques et les acteurs de l’aquaculture tropicale, de faire émerger une approche générique pour le développement de l’intensification écologique et de promouvoir une meilleure intégration écosystémique de l’aquaculture dans différents contextes socio-écologiques.

L’atelier a été animé par D. Caruso (IRD) et S. Thay (FiA DAD) en présence (à distance) d’Emma Rochelle-Newal, directrice du département Eco BIO de l’IRD.

L’objectif de cet atelier  était de discuter, partager et de faire émerger des sujets scientifiques et des propositions de recherche entre les acteurs locaux et de promouvoir des synergies possibles pour le développement d’une aquaculture durable au Cambodge.

Les Institutions participantes à cette table ronde étaient les suivantes :

Administration des Pêches (FIA) ; Ambassade de France, Département du Développement de l’Aquaculture (DAD), United Nations Industrial Development Organization (UNIDO), Université Royale d’Agriculture (RUA) ; Institut Technique du Cambodge (ITC) ; AFD Agence Française de Développement, Worldfish, Apdra et TCO (ONG) ; CIRAD ; Experts locaux et autres membres d’ASACHA.

Après une introduction sur l’importance de la recherche dans l’aquaculture tropicale y compris le Cambodge, il a été entendu que l’émergence de la recherche en aquaculture, est une nécessité pour le développement technique et la durabilité de filières aquacoles, mais aussi pour une meilleure appropriation des innovations.

Afin d’illustrer des voies possibles d’activités scientifique d’après les divers acteurs de recherche ici au Cambodge, ces courtes présentations ont suivi:

  • Systèmes de production alimentaire circulaire – rôle de l’aquaculture K. KABIR Cirad -ISEM
  • Résistance antimicrobienne et aquaculture C. PENG ITC
  • Intérêts de recherche en aquaculture et projets connexes S. FREED Worldfish
  • Le poisson pour la nutrition et la santé au Cambodge J. Berger F. T. Wieringa IRD- Qualisud

Food Technology Platform et son approche du rôle de la recherche dans la durabilité de la pêche au Cambodge, par M. Kang Sin, coordinateur du projet CAPFish capture

L’objectif de cette réunion était de discuter, partager et de faire émerger des sujets scientifiques et des propositions de recherche d’intérêt pour le développement d’une aquaculture durable au Cambodge. Egalement, il était important de partager ces propositions avec d’autres acteurs scientifiques pour d’éventuels programmes/activités communs en partenariat. Concrètement, à partir des discussions entre les participants de la table ronde, quatre  propositions ont émergés  sur des sujet scientifique important à mener;

1) L’agroécologie en particulier comment développer la circularité des étangs aquacoles et promouvoir la IAA (agriculture aquacole intégrée). Un intérêt particulier a été porté sur l’étude des assemblages piscicoles et des flux nutritionnels dans ces systèmes.

2) Domestication des petites espèces indigènes (PEI) et aquaculture de subsistance

La domestication de petite d’espèces  pour l’élevage de subsistance peut assurer des ressources alimentaires et des revenus complémentaires  pour les classes paysannes les plus pauvres. La qualité nutritionnelle de ces poissons est excellente, et la maitrise de l’élevage peut contribuer à la combattre la malnutri on, en particulier enfantine et des femmes en

3) La MAR et le concept d’une seule santé en aquaculture

La résistance antimicrobienne dans l’aquaculture et des produits aquatiques  apparait aussi une priorité. Les recherches devraient se faire en privilégiant l’étude la résistance antimicrobienne sur des bactéries sentinelles de l’environnement aquatique, afin de donner des indications rapides pour la gouvernance. Néanmoins, des nous nouveaux outils  (étude des gènes et le méta génomique), devrait apporter une plus grandes compréhension des mécanismes d’antibiorésistance en milieu aquatique.

4) Diversité et génétique des populations d’animaux aquatiques

Étude sur la diversité et la génétique des espèces aquatiques dans la rizière  n’est pas systématiquement entrepris dans ces milieux agricoles anthropisés. Ces espaces sont très importants comme nurseries et habitat des poissons sauvages et les ressources écosystémiques (crevettes d’eau douce, des crabes, des petits poissons et des larves) représentent une contribution extrêmement importante pour l’alimentation des populations rurales et non.  Un correct inventaire et une estimation des ressources  est d’autant plus nécessaire, considérant que ces espèces inféodées dans ces milieux,  semblent se raréfier à grande vitesse.

Les discussions ont porté également sur les moyens à mettre en place, les financements possibles, la formation et les synergies avec les acteurs de la recherche en aquaculture. Des pistes prometteuse et concrètes sont déjà en cours pour répondre à ces propositions de recherche ; notamment aussi grâce au projet AquaCAM.

Les conclusions et propositions issues de cette journée, ont été communiquées le lendemain, 8 décembre au Conseil Scientifique de l’IRD lors de la réunion plénière, où les diverses thématiques et activités de recherche en coopération ont été présentés par les chercheurs IRD et les partenaires Cambodgiens.

Parmi les interventions,  celle du Dr Hav Viseth, vice-directeur du FiA après un rapide panorama sur rôle de la pêche  et de l’aquaculture au Cambodge, il a illustré les opportunités, mais aussi de challenges auxquels l’aquaculture doit faire face.  Il a également souligné l’’importance des activités de recherche et l’apport de l’innovation sont essentiels pour le  le développement durable de l’aquaculture et la coopération nationale et internationale en sont des excellents catalyseurs.

<°))))))<

Recherche sur l’Antibiorésistance dans les milieux aquacoles

Le 27 décembre l’équipe de l’ITC, conduite par le Dr Peng et aidé par l’équipe de la Fisher Administration ont mené des échantillonnages dans la province de Kampong Cham. 71 échantillons (Poissons, eau et sédiments, issus d’étangs d’élevage ont été réalisés et cela donnera un très long travail de laboratoire et d’analyse pour les étudiants et jeunes scientifiques de l’ITC afin d’isoler les souches de bactéries sentinelles, les identifier et en étudier leur profil de résistance antimicrobienne.