La nouveauté d’AquaCAM en Novembre

Les activités d’AquaCAM ont été nombreuses pendant cette période et pour toutes les composantes du projet.  Néanmoins, avant de passer en revue ces évènements, il faut souligner que, grâce à l’intercession de l’ambassade de France au Cambodge, une prolongation extraordinaire jusqu’en Novembre 2022 a été accordée au projet par le bailleur. Cette prolongation permettra de financer et de finaliser les activités initiées et la nouvelle programmation de recherche.

<°)))))))<

Les études de terrain sur les parasites zoonotiques des poissons sont toujours en cours et ce mois-ci des échantillons dans des cages d’élevage sur le Mékong dans la province de Tong Khmum ont été réalisés. Des poissons provenant de différentes cages et à différents stades d’élevage ont été échantillonnés par l’équipe d’AquaCAM accompagnée sur le terrain par des membres du bureau provincial de la FiA. Au cours de la visite , nous avons discuté avec l es pisciculteurs des problèmes liés aux maladies, à la qualité des alevins et au prix de la nourriture, problèmes qui constituent un véritable défi pour l’élevage en cage flottante.

<°)))))))<

Le sept novembre un atelier scientifique  a été organisé afin de sensibiliser les étudiants engagées dans AquaCAM (du RUA et de l’ITC)  sur le sujet de l’antibiorésistance dans les milieux aquatiques et notamment enl’aquaculture.

Après une courte introduction sur l’usage des antibiotiques et l’AMR dans l’aquaculture mondiale, les présentations des travaux  de recherche réalisés sur deux bactéries sentinelles (A. hydrophila et E. coli) sur les poissons les plus élevées en aquaculture au Cambodge (pangas et snakehead) ont été réalisées par les étudiants. Ces travaux préliminaires indiquent un pourcentage important d’antibiorésistance parmi les souches bactériennes isolées. Un premier article scientifique est actuellement en cours de rédaction.  Ces résultats, confirment l’intérêt de l’étude initiée dans le cadre d’AQUACAM et  confortent dans la poursuite de ces recherches.

La durabilité de l’aquaculture est au cœur du projet AQUACAM. En 2021, les équipes de recherche ont travaillés à la mise en place d’un outil de diagnostic de durabilité adapté aux conditions locales, permettant de mettre en évidence les points clés de la durabilité de l’activité aquacole au Cambodge. Afin d’avancer sur la réflexion et les objectifs du projet un atelier a été organisée le 15 novembre à Phnom Penh.

La démarche appliquée -Principes, Critères et  Indicateurs (PCI)- repose sur un processus de sélection qui niche les principes et les critères de durabilité de l’aquaculture et qui, en reliant les indicateurs aux enjeux et aux représentations des acteurs, favorise leur appropriation du développement durable et des indicateurs produits.

Il faut un instant faire un point sur les définitions des  PCI

Principes Tirant son origine du latin « principium », qui signifie « ce qui sert de base », il a donc la propriété d’être un élément fondateur, le point de départ d’une réflexion ou d’une action.

Critère La notion de critère est par nature assez proche de celle de principe mais les critères  représentent les variables qui permettent l’expression d’un principe,  de le décliner, le préciser et le qualifier  afin de décomposer le principe en plusieurs éléments homogènes.

L’Indicateur mesure un critère. Il n’est pas parfait comme mesure, mais il fonctionne là où la mesure n’est pas possible et il respecte les espaces d’incertitude que la mesure ne tolère pas. La démarche applique dans AQUACAM est une démarche itérative, laquelle passant par les diverses phases de l’étude a permis  de sélectionner les principes, les critères et les indicateurs liés aux quatre piliers de la durabilité.

L’atelier de travail du 15 novembre avait comme objectif de valider les indicateurs et de proposer une échelle de durabilité (échelle de Likert) pour chacun d’entre eux.

Les membres du consortium d’AquaCAM, ainsi que des membres de la Fishery administration et des membres d’ONG  ont participés au meeting. Après un discours d’ouverture et fait un point méthodologique, quatre groupes ont été formés selon les piliers d’intérêt (environnement, sociale, Economique  et de gouvernance). Chaque groupe a étudié les indicateurs proposés  et validé une échelle de valeur pour chacun des indicateurs. Ainsi une première grille d’évaluation est presque finalisée et elle sera testée .en condition réelles pour évaluer les filières de production locales.

<°)))))))<

Du 24 au 27 Novembre, une visite de terrain  a été réalisé à  Siem Reap où nos partenaires de l’APDRA avec l’ONG TCO http://tco-cambodia.org œuvrent pour le développement de la rizipisciculture, cela dans le cadre du programme Développement des Filières Piscicoles (DéFiP), financé principalement par l’Agence Française de Développement.

Certaines investigation et actions sont réalisées également dans le cadre d’AquaCAM. Lors de cette visite,  deux réunions avec les rizipisciculteurs  et animées par le Cantonnement du FiA de Siem Reap et TCO ont eu lieu.

Ces réunions avaient comme objet d’une part de souligner l’opportunité fournie par l’intégration de l’élevage des poissons dans les rizières, et d’autre part, de donner des conseils techniques aux paysans concernant l’alimentation, la gestion de l’eau et les poissons. Les éleveurs ont également échangés leur point de vue et leurs expériences dans une atmosphère cordiale et bien  amicale.