Les nouvelles d’AquaCAM du mois d’octobre

En ce mois d’octobre nous parlerons de nos collègues de l’APDRA et de leurs partenaires de terrain de Trailblazer Cambodia Organization (TCO), une ONG fortement impliquée dans le développement agricole et aquacole au Cambodge. Ces partenaires sont installés à Siem Reap où, dans le cadre des projets DéFIP  et AquaCam, ils réalisent, conjointement aux membres du CIRAD et de l’IRD, des activités en lien avec la rizipisciculture. Malibopha et son équipe  de TCO,  malgré les difficultés liées à la pandémie de Covid 19, ont réalisé en peu de temps une enquête sur la perception de l’intégration de la pisciculture  dans la riziculture. Cette enquête avait comme objectif d’appréhender les perceptions des riziculteurs sur la rizipisciculture. Il s’agissait d’identifier quels pourraient être les avantages, les inconvénients favorisant ou limitant l’adoption de ce système par les agriculteurs. Cette phase est primordiale afin d’évaluer le potentiel d’adoption d’une innovation ainsi que pour pondérer les déterminants influant sur le choix d’adoption. Cette enquête a été réalisée dans la province de Siem Reap, région où les effets de l’alternance d’inondation /sècheresse sont très marqués, et 250 riziculteurs de 23 villages ont été interviewés. Les résultats sont vraiment très nombreux et intéressants, mais l’analyse descriptive et statistique n’est qu’au début ; néanmoins, il est intéressant d’observer que 78 % des agriculteurs interviewés  ne connaissent pas la co-culture riz-poisson et seulement 10%  pratiquent ou ont pratiqué ce système de production. Plus de 60% des interviewés pêchent dans leurs rizières et utilisent cette ressource de l’écosystème pour la consommation familiale.

Une nouvelle étude, cette fois réalisée dans une zone plus de riziculture plus intensive avec des exploitations de plus grandes dimensions, sera réalisée prochainement. La visite des pilotes du projet DéFIP et AquaCAM  a montré comment l’implication écosystémique est importante pour ce type d’aquaculture proposée. Il s’agit d’une production de poissons (barbeau argenté) sans intrants (pas d’aliments) basée exclusivement sur la production naturelle des rizières. Les néo-pisciculteurs s’évertuent à  proposer à leur poissons des ressources alimentaires diverses issues des ressources de l’écosystème environnant (termitières, plantes aquatiques compostage). Cette activité aquacole – laquelle s’adresse à la petite paysannerie – se développe dans un contexte très hétéroclite et les résultats peuvent être fortement influencés par des variables difficilement maitrisées. Le retour et le contact en continu avec les paysans est très important afin d’obtenir des résultats solides et scientifiquement les plus robustes possibles. L’arrivée sur site de Dorian Dejace, de l’APDRA, nous permettra de renforcer cette activité en contact avec les paysans engagés dans les deux projets et d’assurer un  suivi des pilotes minutieux.

Bien entendu, toutes les autres activités du projet AquaCAM avancent, ainsi les analyses sur les pilotes de Takeo et de Siem Reap, ainsi que les échantillonnages dans les élevages (du milieu sauvages) de silver barb pour la détection des FBT continuent. Les activités pour les choix des indicateurs de durabilité  sont presque achevées ainsi que  les analyses sur la grille d’inspection sanitaire et les analyses microbiologiques réalisées dans le laboratoire de l’ITC partenaire du projet continuent avec l’arrivée des nouveaux étudiants.

Paysage de rizières
Une partie de l’équipe de TCO engagé dans l’étude de perception
Réalisation de l’enquête
Une paysanne avec un questionnaire
Distribution de termites et de plantes aux poissons par une nouvelle piscicultrice
Travail de laboratoire pour les analyses microbiologiques